Festival 2017

la dame de chez maxim / feydeau

MISE EN SCÈNE Frédéric Jessua
ADAPTATION Frédéric Jessua et Sacha Todorov
COSTUMES Zoé Lenglare
RÉGIE GÉNÉRALE Thomas Chrétien
ADMINISTRATION ET PRODUCTION Lola Lucas assistée de Léonie Lenain

DISTRIBUTION
Elissa Alloula
Pauline Bolcatto
Valentin Boraud
Julien Campani
Baptiste Chabauty
Emilien Diard-Detœuf
Guarani Feitosa
Thomas Fitterer
Elsa Grzeszczak
Lazare Herson-Macarel
Julien Romelard
Sacha Todorov

Le docteur Petypon a festoyé toute la nuit, entraîné par son ami et collègue Mongicourt ; ce dernier fait irruption à midi chez Petypon, pour le trouver encore ivre, endormi sous un canapé renversé, sans le moindre souvenir de sa nuit de beuverie. C’est alors que s’éveille La Môme Crevette, danseuse au Moulin Rouge, nue sous un drap… Tel est le début de la folle journée imaginée par Feydeau pour La Dame de chez Maxim qui, avec plus de 1000 représentations à sa création, fera entrer son auteur au Panthéon des succès du théâtre français.

Les folles aventures de la Môme Crevette, de ses ex-amants, de ses prétendants et de ses futurs époux, fait la part belle aux excès en tous genre, à la succession improbable de situations plus incongrues les unes que les autres, aux inventions rocambolesques. En faisant se confronter en permanence bienséance et dépravation, amour vrai et luxure la pièce n’en demeure pas moins une critique acerbe d’un monde sûr de lui et de ses principes, mais peut être au bord de l’implosion.

Frédéric Jessua

la fleur au fusil

MISE EN SCÈNE Clovis Fouin
COLLABORATION ARTISTIQUE Léo Cohen-Paperman
TEXTE écriture collective sous la direction de Clovis Fouin
COSTUMES Zoé Lenglare
RÉGIE GÉNÉRALE Thomas Chrétien
ADMINISTRATION ET PRODUCTION Lola Lucas assistée de Léonie Lenain

DISTRIBUTION
Valentin Boraud
Julien Campani
Baptiste Chabauty
Emilien Diard-Detœuf
Guarani Feitosa
Thomas Fitterer
Lazare Herson-Macarel
Claire Sermonne
Sacha Todorov

Le désir de créer un spectacle avec la troupe du NTP sur la guerre de 14 est venu à moi de façon évidente.

Le 4 août 2014, alors que nous répétions Hamlet sur notre plateau, le tocsin, cette cloche d’hommage aux morts, a retenti pour marquer le déclenchement de la « Grande Guerre » un siècle auparavant. Nous, acteurs en pleine répétition, nous nous sommes arrêtés, avons écouté le son inhabituel de cette cloche. Nous avons regardé nos pieds, recueillis. Puis nous avons repris la répétition. Il y avait dans cette forme d’hommage beaucoup de pudeur, comme si nous évoquions une page douloureuse de notre histoire commune. Cela m’avait particulièrement marqué car nous sommes bien trop jeunes pour avoir seulement eu un arrière-grand-père combattant. Il y a donc une mémoire collective de l’événement, et pas seulement historique, une sorte de mémoire émotionnelle.

Il y avait aussi dans mon souvenir, collé sur le mur de la maison une photocopie de l’ordre de mobilisation générale pour tous les hommes en âge de se battre. Et ce jour-là je me suis dit que cela pouvait être nous, que nous avions le même âge que ces soldats envoyés au front. Le m que ces femmes restées à l’arrière dans l’angoisse et l’attente. Cette analogie m’a fait quelque chose, et ce quelque chose, je voudrais le traverser, ici au NTP, en 2017, avec des acteurs de 25-30 ans.

Trajectoires intimes

Le spectacle traversera la chronologie et les fronts. De l’avant à l’après-guerre, un spectacle impressionniste qui ne cherche pas à raconter l’histoire de façon didactique, mais à raconter des histoires. Nous questionnerons notre rapport au récit, à la mémoire, et à la construction de ces deux entités qui finalement décide de l’Histoire.

Nous raconterons ces quatre années par des trajectoires intimes, des situations, des allers retours entre le front et l’arrière.
Même si Voyage au bout de la nuit de Céline, ou A l’Ouest rien de nouveau D’Erich Maria Remarque, et surtout les albums de Tardi, dont l’œuvre est centrée autour des tranchées, seront des inspirations fortes pour l’écriture, il est difficile de parler d’un texte qui n’existe pas. Mais il est aussi excitant de se dire que ce texte va être écrit collectivement.

Nous partirons de nous, jeunes hommes et jeunes femmes, balancés dans la tourmente d’un conflit mondiale. Nous improviserons à partir de ce que nous sommes. Que se passerait-il si demain nous devions quitter notre vie, nos théâtres, nos répétitions, pour aller sous les drapeaux, sur des fronts où la mort guette ? Que naîtrait-il de ça ? Serions-nous toujours des artistes ? Serions-nous toujours des hommes ? Et si oui, lesquels ? Nous incarnerons des grandes figures, Jaurès, Mangin, Nivelle, Le Kaiser, les soldats au front, les femmes restées à l’arrière, les politiques, les putains, les bidasses, les courageux, les planqués, les mutilés, les sanguinaires, les paumés. Nous raconterons notre guerre de 14, cela ne sera pas un hommage, mais un récit ; un de ceux qui peuplent notre mémoire.

Clovis Fouin

Chers spectateurs, en 2017 commence un nouveau cycle de lectures : le «Grenier du Nouveau Théâtre Populaire». Le Grenier, c’est cette pièce mystérieuse de la maison – du théâtre ? – cet espace secret où les enfants se réfugient pour réinventer le monde. Nous vous invitons donc à découvrir nos textes préférés, ceux qui nous inspirent, nous animent, nous émeuvent, nous motivent, nous passionnent. Chaque soirée sera un florilège inattendu de trois oeuvres différentes, choisies par trois des acteurs de la troupe. Théâtre, roman, poésie, essais, nouvelles, chroniques, textes rares et précieux portés par des lecteurs engagés… Autant de spectacles possibles, pour faire vivre notre soif de mots et de partage !

LE GRENIER D’ELSA, SOPHIE ET EMILIEN
mercredi 1er mars à 20h30
à La Bulle à Mazé

LE GRENIER DE CLAIRE, JOSEPH et JULIEN
mercredi 5 avril à 20h30
à l’Espace culturel de La Ménitré

LE GRENIER D’ANTOINE, LÉO ET JULIEN
mercredi 3 mai à 20h30
à la salle Arthur Besnard à Brion – Les Bois d’Anjou

LE GRENIER DE SOPHIE, SACHA ET FRÉDÉRIC
mercredi 7 juin à 20h30
à la bibliothèque de Beaufort-en-Anjou

INFORMATIONS / RÉSERVATIONS :
SERVICE CULTUREl DE BEAUFORT EN ANJOU 02 41 79 36 12 – www.beaufortenanjou.fr

Après deux semaines de re-création en salle au Cargo à Segré et à La Loge à Beaupréau, Le jour de gloire est arrivé jouera à :

  • La Loge, Scènes de Pays dans les Mauges, Beaupréau (49)
    – lundi 27 février à 14h
    – lundi 27 février à 20h30

  • Théâtre d’Auxerre (89)

    – jeudi 23 mars à 20h30
  • Le Cargo, Segré (49)
    – vendredi 7 avril à 20h30